Rechercher par titre

Vous êtes ici :

Déroulement d’un contact

 L’article 4 de la décision ARCEP 12-1241 rappelle la disposition S25.9 du RR :

« Au cours de leurs émissions, les stations d’amateur doivent transmettre leur indicatif d’appel à de courts intervalles » et précise :

« et au moins :

  • au début et à la fin de toute période d’émission ;
  • toutes les quinze minutes au cours de toute émission d’une durée supérieure à quinze minutes sur une même fréquence (le §3 du préambule rappelle que cette disposition est valable pour tous les types de stations, y compris les satellites, relais et balises qui doivent se conformer aux dispositions générales) ;
  • en cas de changement de fréquence d’émission, au début de toute période d’émission sur la nouvelle fréquence ».

 

D’autre part, l’annexe de la décision 12-1241 prévoit que l’utilisateur d’une station du service d’amateur :

  • s’assure préalablement que ses émissions ne brouilleront pas des émissions déjà en cours d’autres utilisateurs radioamateurs (toujours écouter la fréquence avant de passer en émission…).
  • ne doit pas utiliser la même fréquence en permanence

L’utilisation de deux fréquences différentes, l’une pour l’émission, l’autre pour la réception (trafic en mode « split » (même bande) ou « cross-band » (bande différente), trafic via relais ou transpondeur) est autorisée sous réserve d’émettre dans les conditions autorisées par la classe d’opérateur (classe d’émission, puissance et bande)

Peu importe que le relais (ou le satellite) retransmette le message d’un opérateur Novice (ex-classe 3) sur une bande qui ne lui est pas attribuée du moment que l’opérateur utilise sa station avec une classe d’émission, une fréquence et une puissance autorisées.

 

L’ANFR, dans le cadre de ses missions relatives à l’instruction des cas de brouillage, peut être amenée à demander à l’utilisateur d’une station des informations concernant les logiciels et protocoles utilisés (§4 du préambule de la décision 12-1241).

 

Les procédures de détresse du service mobile maritime

(Appendice A13 du RR, abrogé lors de la CMR-07) utilisaient en téléphonie des expressions adaptées du français : Mayday venait du français « Venez m’aider », phrase mal comprise par les opérateurs anglophones lors du premier message de détresse en téléphonie. D’autre part, la recommandation UIT M-1171 décrit des procédures radiotéléphoniques utilisées pour le service radiomaritime en dehors des messages de détresse, d’urgence et de sécurité et lorsque le système ASN (appel sélectif numérique) n’est pas utilisé. A l’examen, aucune question ne porte sur ces procédures.

Laisser un commentaire