Conditions techniques d’émission

Vous êtes ici :
Merci de vous connecter avant.

Vidéo du cours (A rechercher dans la liste)

Conditions techniques. Avant la décision 12-1241, les matériels suivants étaient obligatoires : indicateur de puissance, indicateur du rapport d’onde stationnaire, charge non rayonnante, filtre d’alimentation. La puissance des émetteurs BLU devait se mesurer avec un générateur 2 tons. La précision du repérage de la fréquence émise était définie (+/-1 kHz jusqu’à 30 MHz ou +/- 1.10-4 au-delà), de même que la stabilité des oscillateurs (5.10-5 pendant 10 minutes après 30 minutes de chauffe) et la bande maximum occupée en FM (6 kHz jusqu’à 30 MHz ou 15 kHz au delà).

Depuis la décision ARCEP 12-1241, le seul matériel obligatoire reste l’indicateur de puissance (indicateur généralement intégré aux transceivers modernes) (annexe 1 à la décision 12-1241). Générateur 2 tons que doivent détenir toutes les stations opérant en BLU selon l’ANFR.

La largeur de bande occupée (ou bande passante) doit rester dans la bande attribuée et ne doit pas dépasser :

  • 6 kHz pour les fréquences inférieures à 28 MHz,
  • 12 kHz entre 28 et 144 MHz (donc sur les bandes des 28 et 50 MHz)
  • 20 kHz entre 144 et 225 MHz (annexe 3 à la décision 12-1241),
  • Aucune limite n’est fixée au-delà de 225 MHz.

 

Toutefois, « en choisissant la classe d’émission, tous les efforts doivent être faits pour réduire le plus possible la largeur de bande occupée, compte tenu des considérations techniques et d’exploitation concernant le service à assurer » (§3 du préambule de la décision 12-1241 rappelant la disposition S15.9 du RR).

 

Avant 2012, le niveau relatif des rayonnements non essentiels était d’au moins -50 dB pour une puissance inférieure ou égale à 25 W et -60 dB au-delà.
Depuis 2012, le niveau de puissance maximal toléré pour les rayonnements non essentiels doit être conforme à l’appendice 3 du RR (§4 du préambule de la décision 12-1241) : ce niveau, défini par rapport à la puissance de l’émission fondamentale (dBc), ne devra pas dépasser

43 dB + 10 log(P)

où P est la puissance de l’émetteur (PEP en AM ou en BLU) et où 10 log(P) est la puissance de l’émetteur exprimée en dBW (voir les cours pour les définitions des décibels (dB, dBc, dBW) et les calculs).

 

 

  • Pour les fréquences inférieures à 30 MHz, quelle que soit la classe d’émission, le RR limite le niveau des rayonnements non essentiels à -50 dBc pour les stations d’amateur.

  • Pour les fréquences supérieures à 30 MHz, le RR limite le niveau des rayonnements non essentiels à -70 dBc pour tous les types de stations, ce qui ne peut être atteint puisque la puissance d’émission est limitée à 120 W sur ces fréquences, soit environ 21 dBW, d’où un niveau maximum de -64 dBc (43 + 21)

 

Les rayonnements non essentiels

Les rayonnements non essentiels sont les émissions non désirées qui ne sont pas dans le domaine des émissions hors bande (rayonnements adjacents à la bande passante nécessaire pour l’émission, communément appelés « moustaches » ou « splatters », à ne pas confondre avec des émissions qui ne se situent pas dans les bandes de fréquences attribuées aux radioamateurs).

La frontière entre les rayonnements non essentiels et les émissions hors bande est définie dans l’appendice 3 du RR : 2,5 fois la bande passante nécessaire (BP) de part et d’autre de la fréquence centrale de l’émission et pas moins de :

  • 10 kHz pour les fréquences < à 30 MHz
  • 62,5 kHz de 30 MHz à 1 GHz
  • 250 kHz de 1 à 10 GHz
  • 750 kHz de 10 à 15 GHz
  • 1,25 MHz de 15 à 26 GHz
  • 2,5MHz au-delà de 26 GHz

d

La décision ARCEP 12-1241 ne fait pas de référence explicite aux normes européennes CISPR 11 et EN 301 783. Pour autant, nos appareils sont concernés par ces deux normes puisqu’elles définissent les « exigences essentielles ». Les perturbations réinjectées dans le réseau de distribution électrique sont limitées par la norme CISPR 11 (plus contraignante que l’ancienne EN 55011).

Selon cette norme, les appareils radioamateurs sont du groupe 2 (matériel d’émission radioélectrique) et de classe B (usage domestique).

Leurs perturbations réinjectées ne devront pas dépasser :

  • une valeur décroissant linéairement avec la fréquence de 2 mV à 0,15 MHz jusqu’à 0,63 mV à 0,5 MHz 
  • 0,63 mV (soit 56 dBµV) entre 0,5 et 5 MHz (dBµV signifie « décibel par rapport à 1 µV »)
  • 1 mV (soit 60 dBµV) entre 5 et 30 MHz

(rappel des valeurs de l’ancienne norme EN 55011 : 2 mV de 0,15 à 0,5 MHz ; 1 mV de 0,5 à 30 MHz)

La norme EN 301 783 fixe les caractéristiques techniques à respecter pour les équipements radioamateurs (en émission et en réception) mis sur le marché. La norme reprend les valeurs limites édictées par l’appendice 3 du RR et la méthode à utiliser pour les mesures est décrite. Les seuils d’immunité aux perturbations électromagnétiques sont aussi précisés.

Laisser un commentaire