Rechercher par titre

A RETENIR impérativement !

Le Code des couleurs

La valeur des résistances traditionnelles (à fils) est rarement indiquée en chiffres : un code de couleurs défini dans le tableau ci-dessous est utilisé. Nous verrons que ce code couleur est aussi utilisé pour marquer la valeur des condensateurs.

Pour coder une valeur, trois bagues au moins sont nécessaires : les deux premières bagues indiquent les deux premiers chiffres de la valeur, la troisième bague indique le nombre de 0 de la valeur. Pour détromper la lecture, les bagues ne sont pas centrées au milieu de la résistance : selon la représentation, elles doivent se situer à gauche de la résistance pour une lecture de gauche à droite ou en haut pour une lecture de haut en bas.

NOTA : Le code des couleurs des bagues de tolérance (4ème bague, quelquefois décalée par rapport aux trois premières) n’a pas à être connu pour l’examen mais il est conseillé de le connaitre pour des montages nécessitant de la précision. Toutefois, dans les questions d’examen, la bague de tolérance est souvent représentée mais sa signification n’est pas demandée.

 

Mnémotechnique Initiale du mot = Initiale de la couleur

Couleur des bagues

1ère bague

1er chiffre

Dizaine

2ème bague

2ème chiffre

Unité

3ème bague

multiplicateur

Nombre de 0

4ème bague

tolérance

+/–

Ne

Mangez

Rien

Ou

Je

Vous

Battrai

VIOlemment,

Grand

BOA

Noir

Marron

Rouge

Orange

Jaune

Vert

Bleu

VIOlet

Gris

Blanc

Or

Argent

1

2

3

4

5

6

7

8

9

0

1

2

3

4

5

6

7

8

9

x 1

x 10

x 100

x 1.000

x 10.000

x 100.000

x 1.000.000

x10.000.000

(x 100.000.000)

(x1.000.000.000)

x 0,1

x 0,01

sans bague: 20%

1 %

2 %

0,5 %

0,25 %

0,1 %

5 %

10 %

 

 

Il existe une autre expression mnémotechnique pour se souvenir du code des couleurs :

Ne Mangez Rien Ou Je Vous Battrai Violemment, Gros Blaireau.

*L’initiale de chaque mot de la phrase correspond à l’initiale de la couleur. Attention : la série commence par 0 et ne pas confondre les deux V (vert et violet) et les deux B (bleu et blanc) : Violemment correspond à Violet et le Blanc (valeur 9) est à la fin puisque le Noir (valeur 0) est au début.

Remarquez la logique de l’ordre des couleurs. On commence par des couleurs sombres (noir puis marron), les couleurs centrales (de rouge à violet) sont celles de l’arc-en-ciel et des couleurs claires (gris puis blanc) terminent la série. Les deux premières bagues donneront un nombre toujours compris entre 10 et 99. Ainsi, la première bague ne pourra pas être noire (=0) et pour coder 0,1 , on utilisera : Marron, Noir, Argent (10 x 0,01 = 0,1).

Exemple

Quelle est la valeur de cette résistance ?

Réponse

  • BLEU 6
  • ROUGE 2 R = 62 x 101 = 620 
  • MARRON 1

Les résistances du commerce ont des valeurs « normées »

La série des valeurs des résistances à 20% de tolérance (sans 4ème bague) est : 10 – 15 – 22 – 33 – 47 – 68. Cette série est nommée E6 car elle comporte 6 valeurs. L’écart entre chaque valeur de résistance a toujours le même rapport qui est fonction de la tolérance (1,47 pour la série E6). Ainsi, il existe des résistances de 150 à 20% de tolérance mais pas de résistance de 200 . Dans la pratique, la valeur la plus proche sera utilisée, soit 220 , dont la valeur est comprise entre 176 et 264 ( 20%). Il existe une série E12 pour les résistances à 10% de tolérance (4ème bague de couleur Argent) dont les valeurs s’insèrent entre chaque valeur de la série E6. De même, il existe aussi une série E24 pour les résistances à 5% de tolérance (4ème bague de couleur Or). Au delà de la série E24, pour des tolérances de 2% ou moins, les résistances sont codées avec 5 bagues : 3 bagues de chiffres significatifs suivies de la bague du multiplicateur et de la bague de tolérance. Ces dernières résistances sont rares et chères. Enfin, pour les résistances de précision (à partir de la série E96 avec 1% de tolérance et moins), une 6ème bague indique le coefficient de température (variation maximum de la valeur en fonction de la température du composant).

Les résistances existent sous deux présentations : en composant à fils (traditionnels) et en composant monté en surface (CMS) : utilisés de plus en plus souvent avec la miniaturisation des circuits, les CMS sont de petits parallélépipèdes dont les embouts sont directement soudés sur le circuit imprimé. Le code des couleurs n’est pas utilisé mais les chiffres marqués ont la même signification : 682 désigne une valeur de 68 x 102, soit 6800 . Pour les valeurs inférieures à 10 , la lettre R remplace la virgule : 6R8 désigne une valeur de 6,8 .

Quatre sortes de résistances avec des méthodes de fabrication différentes sont disponibles dans le commerce :

  • résistances agglomérées sont les plus anciennes et sont fabriquées à partir de poudre de carbone mélangée à un isolant et à un liant. Il devient difficile de les trouver dans le commerce.

  • résistances à couche de carbone, une très fine couche de carbone est déposée sur de petits barreaux isolants en céramique. Des bagues de connexion sont fixées aux extrémités et la valeur est ajustée en creusant en forme de spirale la couche de carbone. Ce sont les plus courantes et les moins chères.

  • résistances à couche métallique sont de qualité supérieure et sont obtenues en déposant une fine couche d’un alliage résistant sur un barreau isolant en céramique (comme les résistances à couche de carbone).

  • résistances bobinées sont utilisées pour de faibles valeurs et sont constituées d’un fil résistant (en nickel ou cupronickel) bobiné sur un isolant. Leur utilisation en HF est une source de problèmes.

Les résistances sont disponibles sous diverses puissances de dissipation maximum. Cette puissance est directement fonction de la dimension du composant. Les valeurs normalisées des résistances sont : 1/16 W et 1/10 W (CMS uniquement), 1/8 W, 1/4 W, 1/2 W, 1 W et 2 W (à fils uniquement). D’autres modèles sont montés dans un boîtier spécifique qui peut être fixé sur un radiateur pour dissiper plus de puissance.

Exemple

Quelle est la puissance minimum de la résistance R ?

Réponse

P = U² / R = 6² / 220 = 164 mW. La première puissance supérieure proposée sera retenue (exemple : 250 mW). Une puissance de 1/8 W, soit 125 mW, aurait été insuffisante.

d

Il existe des composants dont la résistance est variable (ou ajustable lorsque la valeur est définie une fois pour toutes). Ces résistances sont montées sur un axe ou sur un curseur et peuvent être déportées pour les réglages. Ces composants nommés aussi potentiomètres ( sont montés en résistances variables (montage 1) ou en pont diviseur (montage 2).

NOTA : Dans un potentiomètre la vitesse de variation de la « résistance » peut être linéaire, c’est à dire qu’elle évolue proportionnellement (en tournant le bouton), ou logarithmique c’est à dire qu’en tournant le bouton de la même quantité et dans le même sens la variation de la résistance est beaucoup plus grande, c’est une variation logarithmique . Il existe aussi une variation dite antilogarithme.


N’oubliez pas de faire des exercices. Vous aurez probablement ce genre de questions lors de l’examen.

Laisser un commentaire