Bon vent au sous-marin Suffren

Aller, c’est les vacances et dimanche ce sera le 14 juillet, alors on peut se permettre de parler d’autre chose que de radio, du coup je vais vous parler un peu de notre nouveau sous marin car il ne défilera pas sur les champs 🙂

Un peu d’histoire, le nouveau sous-marin d’attaque français (SNA), à ne pas confondre avec les (SNLE) sous-marin nucléaire lanceur d’engins qui eux se chargent de notre dissuasion nucléaire, se nomme Suffren en hommage à Pierre André de Suffren, dit « le bailli de Suffren » et également connu sous le nom de « Suffren de Saint-Tropez », était un vice-amiral français, bailli et commandeur de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, né le 17 juillet 1729 au château de Saint-Cannat près d’Aix-en-Provence (c’est à 15 km de chez moi)  et mort le 8 décembre 1788 à Paris. Suffren traverse trois guerres navales franco-anglaises au milieu de la « Seconde guerre de Cent Ans ». Les deux premières lui permettent de mener une double carrière en gravissant peu à peu tous les échelons de la Marine royale et ceux de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. La troisième lui apporte la gloire. Son nom a depuis été donné à sept navires de la marine française. Suffren est à l’étranger le plus connu des marins français. De son vivant déjà, il est remarqué par les officiers anglais qui le surnomment « l’amiral Satan ».

Le Suffren est donc le premier sous-marin de la série du programme Barracuda. C’est l’objet industriel le plus complexe à réaliser. Une voiture est composée de 5000 pièces assemblées, un char de combat moderne c’est environ 15 000, un Boeing 777 c’est 100 000, le Suffren c’est presque 1 million de pièces ! Un cout réduit grâce aux nouvelles technologies, notamment la réalité virtuelle utilisée lors de la conception.

C’est le savoir faire de chercheurs, de scientifiques, d’ingénieurs, de techniciens, d’ouvriers hautement qualifiés. C’est 10 années de recherche théorique et de développement et 10 ans pour le construire (signature lancement en 1998 par F. Mitterrand)

Quelques chiffres :

  • 100 m (99) de long, 5200 tonnes avec 60 membres (hommes ET femmes)
  • 160 km de câble, 20 km de tuyauterie,
  • 1 chaufferie nucléaire compacte de dernière génération, ultra fiable,
  • 70 000 équipements connectés et un ensemble de systèmes complexes pour accomplir les missions du navire.
  • C’est 20 millions de lignes de code informatique !
  • C’est intégration de capacité d’intelligence artificielle. (confidentiel)
  • C’est la capacité de déployer des forces spéciales motorisés en toute discrétion.
  • C’est sa nouvelle barre en X qui améliore considérablement sa manœuvrabilité
  • Furtivité, la signature du Suffren est très très faible (confidentiel)
  • Embarque le missile de croisière naval MdCN de très longue portée
  • Embarque aussi la torpille lourde F21, filoguidée (je crois…)
  • Utilise les mâts optronique ultra performants. (évite de percer un trou dans la coque étanche comme avant avec les périscopes)
  • Le bâtiment intègre le programme Barracuda qui permet, entre-autres, d’obtenir et de partager de l’information via d’autres unités (avion, satellite, navire, blindé ou infanterie au sol) et de faire une synthèse en temps réel sur la situation. C’est pas simple du tout….

Il faudrait une encyclopédie pour décrire toutes ses capacités mais on pourrait citer :  les nouvelles capacités de détection et d’analyse, de gestion du combat, de communication globales et chiffrés, (Terre, Espace, Air , Mer, Cyber), de guerre électronique, de collecte de renseignements, de navigation, de sécurité, de maintenance, etc…  En parlant de chiffrage de signaux, je ne sais pas où en est le chiffrage quantique mais je pense qu’il aurait (aura ?) sont utilité dans le domaine.

Perso, je suis très fier de notre nouveau sous-marin et de ses 5 autres petits frères qui arriveront petit à petit. Je suis aussi très admiratif et respectueux du travail qui a été accompli, à tous les niveaux, depuis tant d’années dans un esprit et un effort commun pour préserver nos libertés et notre indépendance.

En conclusion, j’aimerais bien vivre dans le monde des Bisounours, croire que les choses vont bien ou vont s’arranger, que tout les gens sont gentils, tolérants, coopératifs, humains, altruistes mais ce n’est pas du tout le cas, le monde réel est violent, brutal et sans pitié. Certains pensent que c’est à cause du pognon moi je crois que c’est plus la faute aux gens. C’est vrai, qui à déjà vu un billet de 500 € vous sauter à la gorge ? Personne ! En revanche on a déjà vu des gens faire ça. C’est moins le pognon que son utilisation qui, à mon avis, pose problème. Mais c’est juste mon humble avis pas plus.

Face aux bouleversements géopolitiques actuels générant de nouvelles et sérieuses menaces pour notre mode de vie et notre futur en tant que personnes libres et autonomes, je ne suis pas mécontent de constater que notre défense se modernise et se dote des moyens nécessaires pour y faire face. (grâce en partie, à mes modestes, impôts… Ben quoi c’est vrai 🙂

Et oui, liberté et indépendance ont un prix, ce n’est jamais définitivement acquis, c’est une lutte permanente. Certes tout ceci est plus que nécessaire mais ce n’est pas suffisant ! Reste le gros morceau : le changement climatique qui, non seulement, met lui aussi en péril nos libertés, notre mode de vie et notre indépendance mais qui en plus menace la capacité de notre petite planète à héberger la Vie et là on change d’échelle car il s’agit de sauver l’Humanité toute entière (y compris les salopards et autres ignares en tout genre qui rêvent de tout détruire en faisant le plus de mal possible).

Je souhaite au Suffren et à tout son équipage de productives patrouilles ! Merci de participer à la protection de notre belle France (et de l’Europe avec…)

Eric (14ZGA00 du 13)

A propos de Eric (14ZGA00 du 13)

14ZGA00 - Gérant SSII. "Attention, changement de lobe sur l'attracteur étrange en cours ! Humm, méfiance... :)

Laisser un commentaire