ZULU GOLF AMATEURS RADIO LONGUES DISTANCES

ANFR, son application Open Barres pour connaître le DAS de votre téléphone mobile

L’ANFR fait évoluer son application Open Barres pour permettre aux utilisateurs de connaître le DAS de leurs téléphones mobiles

Open Barres, l’application de l’Agence nationale des fréquences, permet désormais d’afficher le débit d’absorption spécifique (DAS) de son modèle de téléphone mobile.

L’application Open Barres a été développée par l’ANFR pour mesurer à intervalles réguliers la puissance du signal reçue par son téléphone mobile. La puissance mesurée permet de mieux comprendre quel nombre de « barres » affiche l’appareil à chaque instant. Cette application est disponible depuis août 2018, à ce stade uniquement pour les téléphones fonctionnant sous Android (catalogue Google Play).

Les ministères de la Transition écologique et solidaire, des Solidarités et de la Santé et de l’Économie et des Finances ont demandé à l’ANFR d’étendre les fonctionnalités de l’application Open Barres « afin de permettre à chaque utilisateur de connaître les émissions de son modèle de téléphone mobile » (communiqué de presse du 25 octobre 2019). Cela passe notamment par une information sur le Débit d’Absorption Spécifique (DAS) de l’appareil.

Cette nouvelle version d’Open Barres permet ainsi d’afficher les valeurs maximales de DAS du téléphone mobile. L’approche est collaborative : en chargeant l’application et en l’activant, vous signalez à l’ANFR que votre téléphone est utilisé sur les réseaux français, ce qui permet à l’Agence de demander à son fabricant les valeurs de DAS relatives à ce modèle. Si les données ne sont pas affichées immédiatement, elles le seront lorsque ces informations auront été reçues du fabricant. Enfin, si le téléphone a été contrôlé par l’ANFR, les valeurs recueillies lors du contrôle seront également affichées.

Grâce à Open Barres, vous pourrez également, sur les trajets que vous choisirez, collecter et afficher la puissance du signal reçue à partir du réseau de votre opérateur mobile. Plus celle-ci est élevée, moins votre appareil aura besoin de fonctionner à son DAS maximum.

Le DAS c’est quoi ?

L’indice de Débit d’Absorption Spécifique (SAR en anglais) mesure l’émission maximale de radiofréquence faite par un appareil radioélectrique, il est exprimé en watts par kilogramme (W/kg) et mesuré dans les pires conditions de test possible. Plus connus sur les smartphones, cet indice peut être mesuré sur tous les appareils susceptibles d’émettre des ondes : babyphone, box internet, clé 3G, ou encore micro-onde.

Cette indice permet de mesurer la quantité d’énergie électromagnétiques que l’utilisateur reçoit d’un appareil via les ondes. Plus l’indice est bas et moins l’appareil émet de rayonnement, l’usager est donc moins exposé.

La réglementation actuelle en France permet à un constructeur de vendre un smartphone ou une tablette ne dépassant pas le seuil des 2 W/kg pour 10 grammes de tissu, avec obligation d’afficher cet indice sur la notice. Cette valeur est très respectée par les constructeurs qui proposent rarement des téléphones à plus de 1,50 W/kg. Pour information outre-Atlantique le calcul se fait sur 1 gramme de tissu et donc la valeur maximale pourra différer des modèles vendus en France.

Est-ce dangereux et faut-il en faire un critère d’achat ? (Ma réponse personnelle est : Absolument oui !)

Scientifiquement rien n’est totalement prouvé et il est difficile d’avoir un recul suffisant sur le sujet au vu de l’évolution des technologies, la 3G, la 4G et maintenant la 5G viennent encore plus brouiller les quelques études menées sur le sujet.

Certains constructeurs comme Samsung ou LG font tout de même l’effort de proposer des smartphones à l’indice DAS très bas, le Samsung Galaxy S5 est par exemple à 0,562 W/kg et le LG G Flex à 0,409 W/kg. Je pense que quelques précautions d’usage s’imposent quel que soit l’indice DAS de votre produit.

A noter que lors d’un achat l’impact écologique devrait d’être aussi un des critère de sélection. N’oubliez pas que vous n’êtes pas le seul à acheter un mobile ou à le changer, des milliards, je dis bien des milliards, de personnes font comme vous. La quantité pharaonique à un impact négatif et significatif sur la planète et ses ressources. Ce ne sont pas des mots pour être à la mode écolo, c’est un fait scientifique !

Quelques conseils pour ne prendre aucun risque

Ces quelques conseils s’appliquent aux téléphones ou à tout type d’appareil émettant un rayonnement, peu importe l’indice.

Il faut éviter de placer l’appareil contre son cœur, ses hanches, ses aisselles ou ses parties génitales. Pour un smartphone plus particulièrement il faut éviter les communications prolongées à l’oreille (optez pour un kit main libre filaire), éviter de dormir avec un téléphone à moins de 50 cm de votre tête en charge ou non (passez-le en mode avion). On évitera aussi de laisser jouer un jeune enfant avec un téléphone et encore de l’approcher du ventre d’une femme enceinte.

Ce qu’il faut retenir

  • L’indice DAS annoncé par les constructeurs est la valeur maximale que le produit peut émettre, bien souvent l’émission est moindre et dépendra de la qualité de votre réseau ou de la facilité d’accroche au réseau de votre téléphone.
  • La valeur indiquée par le constructeur est calculée pour un adulte, l’enfant est plus sensible au phénomène du fait des tissus plus fin.
  • Même si un téléphone propose un DAS faible, rien n’empêche d’appliquer les conseils du paragraphe ci-dessus.

Les « bons élèves », ne dépassent pas les 0,5 W/kg voire moins…

3 commentaires sur “ANFR, son application Open Barres pour connaître le DAS de votre téléphone mobile

Laisser un commentaire

Signaler une erreur.