En ligne : Sylvain (14ZGC89 du 77), 6 visiteurs, et 2 robots
Merci de vous connecter, au moins, une fois par trimestre pour garder votre compte actif et votre indicatif.

Un peu d’histoire sur la Technique du repérage radio pendant la guerre 40/45.

Technique du repérage radio pendant la guerre 40/45.

 



Première phase :

JPG - 118 ko

Les anneaux concentriques grisés représentent les zones normalement couvertes de jour par un émetteur de quelques watts, transmettant sur une fréquence de 7 MHz.

La première phase du repérage délimite la station clandestine dans un triangle de vingt kilomètres de côté.

Prévenue par le centre d’écoute de Paris, les bases à grande distance de Brest, Nuremberg et Augsbourg opèrent le relèvement.

La base de Berlin à cette heure de la journée se trouve dans la zone de silence et ne peut donc entendre le clandestin..

La première phase de relèvement est inévitable en raison de l’écoute systématique et automatique de toutes les fréquences, elle donne une première localisation imprécise d’un centre présumé de résistance, mais n’est pas dangereuse pour l’opérateur.

Note : Cette carte de propagation a été établie expérimentalement avec un poste A MK III du S.O.E., pour une fréquence de 7 MHz vers 10 heures au mois d’avril.


Deuxième phase :

JPG - 27.3 ko

Délimite le clandestin dans un triangle de 1 à 2 kilomètres de côtés. Le repérage est fait dans les limites de l’onde de sol par une base régionale fixe et deux voitures « goniométrant » sur les pointes du triangle déterminé par le premier relèvement.




Troisième phase :

JPG - 30.3 ko

Délimite le clandestin dans un rayon de 200 mètres. Le repérage se fait par trois voitures A, B et C goniométrant sur les pointes du triangle défini par le second relèvement. L’opérateur n’est pas encore immédiatement en danger, mais doit déménager et ne plus revenir au même endroit.


Quatrième phase :

JPG - 46.9 ko

La dernière phase d’approche se fait au contrôleur de champ, dans la zone de 200 mètres délimitée par le troisième relèvement. Des piétons munis de contrôleurs patrouillent dans la rue principale. L’opérateur est en danger. Vers la fin 1943, les plans de travail donnés à chaque opérateur devaient, en principe, éviter que la quatrième phase puisse avoir lieu.

Sylvain (14ZGC89 du 77)

A propos de Sylvain (14ZGC89 du 77)

Sylvain de Souppes sur Loing. Seine et Marne (77). JN18IE. Pompier et cibiste des années 80. De retour sur la QRG en région sud Paris. Station fixe TX RX kenwood TS 570 DG, récepteur Kenwood R5000, TX RX 2M Kenwood 7730, etc... Antennes, Sirio Master Gain, antenne ITA Intercontinental, une directive Lemm 3 éléments et une antenne Topfkreis (VHF).

1
Poster un Commentaire

Please Login to comment
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Christian (14ZGA56 du 86) Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Christian (14ZGA56 du 86)
Christian (14ZGA56 du 86)

magnifique « article » pour ceux qui apprécie de nos jour leurs liberté! il y as eu beaucoup d opérateurs qui on été formé peut on résisté car l ennemie était trés bien equipé il faud savoir aussi que tous les soldats parachuté dérierre les lignes etaient driver pour cela ‘ faisant parti des r »seaux de la resistance francaise »et aprés étre passé a la question ils etaient tout simplement fusillé……..christian