En ligne : 1 invité, et 3 robots
Merci de vous connecter, au moins, une fois par trimestre pour garder votre compte actif et votre indicatif.

# Interpréter les données Solar-Terrestrial Data

La propagation vue par Solar-Terrestrial Data

Voilà un résumé de ce que j’ai pu trouver et comprendre sur le Net concernant la propagation.

Le Roi soleil maitre des lieux ! En effet, il a un rôle important sur la propagation et la qualité des ondes radioélectriques. La surveillance et les mesures de l’activité solaire, permettent de prévoir cette propagation.

En période de forte activité solaire, la fréquence maximale utilisable (MUF) augmente et autorise des liaisons à grande distance via les bandes hautes (24 MHz, 28 MHz et 50 MHz) alors qu’en période de faible activité, seules les bandes basses (1,8 MHz, 3,6 MHz et 7 MHz) sont opérationnelles.

Pour réussir une communication en longue distance, il est donc important de connaître l’état de la propagation. L’étude des mesures sur le flux solaire et l’activité géomagnétique autour de la terre produisent des probabilités dont les résultats sont édités sous forme d’indices.

Analysons un peu les choses afin d’être présent au bon moment.

– L’indice SFI ou  » Solar Flux Index  » ou  » indice du flux solaire  » témoigne de l’activité du soleil vers la terre, ionisant par la même occasion les couches atmosphériques, et donc agissant sur les effets de propagation. Plus le flux solaire est élevé, plus la couche ionosphérique renverra les ondes HF.

Les valeurs SFI varient de 50 à 300 au travers desquelles on peut déterminer 3 états de propagation en fonction de la valeur SFI :

  • < 100 Moyenne
  • de 100 à 150 Bonne
  • > 150 Meilleure.

Des valeurs supérieures à 150 entraînent des conditions idéales de propagation HF.

– L’indice SN aussi SSN ou  » Sun Spot Number  » ou  » nombre de tâches ou groupes de tâches solaires  » témoigne du nombre de tâches visibles à la surface du soleil. L’activité est très dense autour des tâches solaires et cela à pour effet de ioniser les couches de l’ionosphère ayant pour conséquence une meilleure réflexion aux fréquences élevées.

Cet indice varie de 0 à 300.

  • Inférieur à 100, ce sont plutôt les bandes basses 3,6 MHz et 7 MHz qui seront opérationnelles.
  • Égale à 100, on peut penser que l’on a de bonnes conditions de propagation HF. Donc nos fréquences.

  • A partir de 150, les bandes supérieures 24 MHz, 28 MHz et 50 MHz permettront des liaisons  » grande distance « .

Les indices K et A.

Ces indices servent à quantifier l’activité géomagnétique de la terre. Une activité géomagnétique intense, caractérisée par un indice élevé, entraîne indubitablement de piètres conditions radio HF allant jusqu’au silence radio nommé aussi  » black out  » dû à l’atténuation des ondes radioélectriques dans la ionosphère.

 – L’indice K détermine une activité géomagnétique relevée toutes les 3 heures. Cet indice représente donc l’activité des dernières heures, il indique une tendance à court terme. Son échelle varie de 0 à 9 et s’interprète de la manière suivante :

  • Entre 0 et 3  : Conditions meilleures, le champ magnétique est stable, le bruit de bande est faible, bonne propagation.
  • Entre 3 et 5  :  Conditions moyennes, activité magnétique faible, la bande HF est affectée par du bruit de bande, la propagation est légèrement dégradée.
  • Entre 5 et 9 : Conditions mauvaises, forte activité magnétique ou orage magnétique, bruit de bande important, mauvaise propagation.

 – L’indice A détermine l’activité géomagnétique moyenne sur 24 heures. Il indique une tendance à moyen terme. Son échelle est comprise entre 0 et 40.

  • Entre 0 et 10 :  Conditions excellentes de propagation et bruit de bande faible.
  • Entre 10 et 20 : Conditions moyennes de propagation.
  • Entre 20 et 40 : Conditions médiocres de propagation.

En résumé, les meilleures conditions DX HF sont obtenues dès que l’indice du flux solaire est au-dessus de 150 pendant deux ou trois jours consécutifs, un indice SN supérieur également à 150 et enfin avec des indices inférieurs, pour K à 3 et, pour A à 10.

Dans notre site, les conditions actuelles par bandes sont directement affichées. D’autres outils pour la propag ICI. Et les informations en directe du site des concepteurs ICI.

A+

Eric (14ZGA00 du 13)

A propos de Eric (14ZGA00 du 13)

14ZGA00 - Gérant SSII. "Attention, changement de lobe sur l'attracteur étrange en cours !" Humm, méfiance... :)
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Christian (14ZGA56 du 86)
Membre

j ai l impression que je suis madame soleil en disant cela hi3x.christian

Christian (14ZGA56 du 86)
Membre

non se sont de bonnes info puisque nous sommes a peut de choze pres au milieu de la descente de flux et la remonter se ferra en debut 2017.pour arriver en 2020 a sont max.il va certainement resider une certaine propag des petit coup de passage pour nous tenir en haleine mais a moin que se ne soit autre choze » un brouilleur » les américains font cela aussi .mais le soleil est certainement le plus probable ,ceux qui se trouve en dessous de l equateur sont des veinards a se suget.christian

Jeroni (14ZGD52 du 92)
Invité

Merci pour ce résumé très clair sur la propagation. En parcourant certains forums, j’ai pu lire des commentaires indiquant que les conditions de propagation, pour au moins les 2 prochaines années, allaient être mauvaises pour faire du Dx en 27 Mhz.

Peut-on vraiment modéliser et prévoir les flux solaires sur plusieurs mois voir plusieurs années comme semblent l’indiquer certains internautes ? info ou intox ?

73. Jeroni.