En ligne : Sylvain (14ZGC89 du 77), 5 visiteurs, et 2 robots
Merci de vous connecter, au moins, une fois par trimestre pour garder votre compte actif et votre indicatif.

Antenne « Cage à perroquet »

De côté

Vu qu’il n’y a pas trop de propag, on peut s’occuper différemment. Construire une antenne par exemple. Voici ce que j’ai retrouvé dans un vieux CB Connection de 1995. (le montage d’une antenne Cage à Perroquet par Archimède 59)

Cliquez pour agrandir.

 

Télécharger la version grand format : Antennes.

Le ROS, qu’est ce que c’est ?

De côté

Source du document : Daniel F1UCG.  Voir le site Web

Ce système de transmission « numérique » est une évolution moderne du mode « coquelet » des années 1950 connu des militaires, suivi du « Piccolo » 10 bauds à 33 tonalités largement utilisé par les ambassades et administrations dans les années 1967-1989 pour les téléscripteurs 100 bauds. Ce mode avait été choisi pour son très faible taux d’erreur sans correction et son bon comportement avec fading. Il utilise des fréquences vocales entre 500 et 2500 HZ autour d’une fréquence centrale 1500 HZ pour une largeur de bande de 2000 HZ. En décamétrique, la transmission s’effectue en BLU toujours en USB avec des canaux au pas de 3KHZ. C’est une modulation AFSK 144 tons.

Le traitement numérique des signaux audio a fait de tels progrès à ce jour que, couplé à un correcteur d’erreur du type Viterbi (utilisé en TNT), on peut assurer un décodage sans erreur à—19dB de rapport signal/ bruit en ROS 8 (8 bauds). Du coup, la puissance HF requise n’a plus guère d’importance et une couverture mondiale radio amateur devient possible avec 5W !

Depuis 2010, un ingénieur télécoms José Alberto Nieto ROS (Espagne) EA5HVK a repris les principes du Piccolo avec les puissances de traitement et de calcul  actuels . Il a créé un logiciel d’exploitation particulièrement convivial doublé par un transfert des reports d’écoute par le Web permettant de savoir, même si personne ne répond à un appel, quels sont les reports mesurés très précis (S/N) par les stations à l’écoute (SWL) à l’échelle mondiale. Le tout est doublé d’un « chat » transitant uniquement par le réseau internet permettant de faire des commentaires visibles par tous ou un seul correspondant sélectionné…

La transmission est lente (4/8/16 bauds) mais de l’ordre de la vitesse de frappe sur un clavier alphanumérique d’un opérateur amateur. La fiabilité est exceptionnelle. La version VHF/UHF EME permet un S/N de – 35dB selon le créateur! Grace aux corrections de Viterbi, le mode ROS est largement supérieur au BPSK31 (modulation de phase) travaillant à 31 bauds, démarré dans les années 1997, et il accepte des S/N plus faibles de 4 à 10 dB.

Des fréquences sont recommandées sur l’ensemble des bandes décamétriques OM (sauf USA). On peut utiliser le ROS en VHF/UHF avec succès lorsque le rapport signal/bruit est très faible et dés qu’il est  utile d’avoir une trace écrite du message reçu.

Un groupe d’ OM de l’Adrasec 66 expérimente le ROS depuis plus de 3ans: F4FQN, F6HZR, F0FMP rejoints par récemment F4GWO et F1UCG. Sources:  – les collègues cités ci–dessus , Wikipedia et personnelles   – le site de F6ECI, rubrique « modes numériques » F1UCG, Daniel, 10/03/2013

Télécharger le document complet pdf : ICI